Anatomie

Que veut dire Grotte pylorique?

L’antre pylorique est la dernière partie de l’estomac en relation de continuité avec le sphincter pylorique et donc le duodénum (caudal) et le corps de l’estomac (crânien).

Anatomie et physiologie

L’antre pylorique est situé entre le corps de l’estomac et le canal pylorique. Cette partie de l’estomac prend des relations en avant avec le foie et en bas avec le côlon transverse. Il abrite un grand nombre de glandes tubulaires composées par la sécrétion muqueuse nécessaire pour protéger la muqueuse des dommages dus à la sécrétion d’acide (cellules pariétales) et d’enzymes digestives (cellule principale). La localisation des glandes muqueuses dans cette partie de l’estomac a une explication purement fonctionnelle: le contenu gastrique a tendance à stagner dans la région antrale tant qu’il n’est pas prêt à être assimilé par l’intestin et donc c’est l’antre qui subit le plus de dommages causés des sucs gastriques.

Pathologie

L’antre pylorique est souvent affecté à la fois par des phénomènes de gastrite chronique (type B et type AB) avec risque de dégénérescence néoplasique et par des gastropathies réactives et ulcère gastroduodénal. La pathologie de l’antre pylorique est fortement liée à l’infection à Helicobacter. Ce pathogène endommage la muqueuse de plusieurs façons:

-Augmentation du tonus artériolaire et microtrombose d’activation plaquettaire avec ralentissement consécutif du flux sanguin et de l’ischémie

-Augmentation du pH gastrique

-Augmentation de la vidange gastrique

-Réduction du renouvellement muqueux

-Dommages directs dus aux toxines bactériennes et dommages indirects dus au rappel d’éléments de la série blanche

Les images de gastrite chronique sont relativement similaires les unes aux autres, car elles ont toutes un certain degré d’atrophie glandulaire , fibrose réactive, infiltrat lymphocytomacrophagique (composant chronique) et polymorphonucléaire (composant actif). Ce qui change entre l’image de la gastrite antrale chronique (type B) et atrophique multifocale (type AB) est la disposition des lésions et leur profondeur. La gastrite de type B tend à impliquer presque exclusivement l’antre et détermine principalement une image d’atrophie superficielle des glandes avec une forte réponse inflammatoire et est due presque exclusivement à H. Pilorii. La présentation d’un ulcère gastro-duodénal est très fréquente. La gastrite de type AB, en revanche, a tendance à être multifocale, présente une atrophie complète et une involution des structures glandulaires avec une image avancée qui ressemble étroitement à celle de la gastrite de type A (cependant, il n’y a pas de présence facile de déficit en B12 sous cette forme).

L’antre est souvent affecté par un cancer gastrique qui a souvent tendance à se différencier de l’ulcère gastro-duodénal, notamment en ce qui concerne le schéma précoce IIc (légèrement creusé) et avancé un schéma II (fongoïde) ou III ( cratère). Dans ce cas, le gastroscopiste peut déjà deviner la nature de la lésion sans attendre le rapport anatomopathologique en tenant compte du fait que:

-L’ulcère a un lit propre, le cancer est nécrosé et hémorragique.

-L’ulcère a des plis disposé « en cercle de vélo » autour de lui, le cancer n’a pas.

-L’ulcère a des bords réguliers, mous et plats. Le cancer a tendance à avoir des bords irréguliers, durs et légèrement surélevés.

-L’ulcère se produit généralement sur la petite courbe, le cancer sur la grande courbe.

La présence d’un cancer formant une masse dans le site antral est typique de l’histotype intestinal qui a tendance à se produire principalement ici.

 

Ajouter un commentaire