Anatomie

Que veut dire enthèse?

Les enthèses représentent l’insertion des muscles, tendons ou bandes sur les os. Les enthes agissent comme un «amortisseur» entre la structure osseuse rigide et la structure fibro-élastique élastique. Ce système délicat est composé de couches de tissus avec un module d’élasticité différent qui, à partir du côté téno-musculaire, ont une couche de cellules qui ne se distinguent pas de celles de la structure de départ (tendon, muscle ou fascia) et qui s’approfondissent directement dans l’os, cette couche est suivie par l’une des cellules cartilagineuses non minéralisées suivie à son tour par une couche de cellules cartilagineuses minéralisées et enfin une dernière couche de cellules osseuses indiscernables de l’os environnant. l’élasticité différente des composants permet de résister aux contraintes de traction qui représentent la fonction mécanique des enthes.

Classification

Il existe deux types d’enthèses:

  • Entités fibreuses,
  • Entité fibro-cartilagineuse.

Pathologie

Étant composé de nombreux récepteurs nerveux, des manifestations douloureuses liées à son dysfonctionnement peuvent facilement être observées, appelé enthésopathie. Les enthésopathies d’insertion peuvent avoir une étiopathogenèse différente, mais les plus fréquentes sont d’origine mécanique, liées à des traumatismes pouvant aller des microtraumatismes liés aux activités répétitives jusqu’aux traumatismes qui affectent directement les structures. Quelle que soit l’origine, l’inflammation détermine un œdème qui comprime les vaisseaux qui irriguent l’enthésis et donc réduit l’apport sanguin avec une réduction importante du système nutritionnel et donc limitant les chances de guérison. Ce mécanisme pathogène elle est aggravée par le fait que les couches cartilagineuses, comme tous les cartilages, n’ont pas leur propre vascularisation et ont donc une faible tendance à guérir avec une chronique fréquente. La chronicisation des phénomènes inflammatoires conduit, également pour la vascularisation réduite, à la nécrose de certaines cellules et cela à l’activation de mécanismes biochimiques (voir: Robbins – Anatomie Pathologique) qui déterminent la précipitation des sels de calcium et la calcification tissulaire ultérieure. Quelques exemples d’enthésopathies peuvent être l’enthésopathie calcanéenne insertionnelle du fascia plantaire, l’épicondylite, la trochantérite, l’enthésopathie calcifiante du tendon d’Achille, etc. Une forme particulière d’enthésopathie calcifiante est caractérisée par le syndrome d’hyperostose idiopathique diffuse qui trouve son origine dans une pathologie inflammatoire chronique du groupe des arthrites sérum-négatives et qui implique une calcification, largement répandue, de multiples enthèses à tous les niveaux de l’organisme. La thérapie par enthésopathies est majoritairement médicale et est basée sur l’utilisation d’anti-inflammatoires et est suffisamment efficace dans les formes initiales avant la chronicisation, dans un deuxième temps il est possible de recourir avec succès à la physiothérapie (ondes de choc, radiofréquences, etc.) et enfin à la thérapie infiltrante locale des corticostéroïdes. Les traitements chirurgicaux sont rarement nécessaires.

 

Ajouter un commentaire