Anatomie

Que veut dire Jonction neuromusculaire?

La jonction neuromusculaire est la synapse périphérique qui se forme entre la terminaison d’un neurone moteur alpha et une fibre musculaire spécifique, donnant naissance à une unité motrice. En tant que telle, la plaque motrice permet la communication chimique (car elle se produit par le biais de médiateurs chimiques) entre le motoneurone et la fibre elle-même; grâce à la libération d’acétylcholine, en fait, la fibre musculaire peut se contracter.

Structure

La fibre nerveuse se déplace au niveau d’une fibre musculaire, perd son revêtement de myéline, fusionne sa membrane de base avec celle de la fibre musculaire, constitue une série d’expansions en forme de bouton, logées dans des invaginations du sarcolemme de la fibre muscle; ces invaginations sont appelées « douches synaptiques » ou « fissures synaptiques primaires ».

Le sarcoplasme de la région des fibres près de la jonction neuromusculaire est appelé « semelle motrice », est exempt de myofibrilles, riche en mitochondries, RER, ribosomes libres et a des noyaux définis comme des « noyaux de la sole » (ce sont des noyaux du fibre musculaire). D’autres noyaux, présents à l’extérieur de la fibre musculaire à l’intérieur de la jonction neuromusculaire, sont les «noyaux d’arborisation» et appartiennent aux cellules de Schwann (qui dans les fibres nerveuses déterminent généralement la formation de la gaine de myéline).

Dans le contexte des douches synaptiques, l’espace présynaptique est constitué par l’expansion en forme de bouton de la terminaison nerveuse, tandis que celle postsynaptique par le sarcoplasme devant l’expansion nerveuse elle-même. Entre les deux, il y a un espace synaptique (souvent de 20 à 50 nm), qui se caractérise par la présence de nombreuses autres invaginations dues au repliement répété du sarcolemme. Ces invaginations constituent les fissures synaptiques secondaires.

Abstraction faite des clarifications excessives de nature ultrastructurale et macromoléculaire, on peut affirmer qu’au niveau de l’espace présynaptique, la présence de mitochondries (engagées dans le soutien énergétique pour la transmission synaptique) et de vésicules d’acétylcholine qui, une fois libérées au niveau de la l’espace synaptique, agit au niveau des récepteurs de l’acétylcholine situés à l’intérieur des «crêtes» du sarcolemme (en pratique, entre une fente synaptique secondaire et l’autre). Ces récepteurs déclenchent une vague de dépolarisation qui atteint rapidement le niveau des tubules T, où les ions calcium sont libérés par les réservoirs terminaux du réticulum sarcoplasmique, adjacents aux tubules T des deux côtés dans les soi-disant triades. Une concentration accrue en ions calcium déclenche une contraction musculaire.

Pathologies

  • Myasthénie grave,
  • Syndrome de Lambert-Eaton,
  • Myasthénies congénitales,
  • Canalopathies et myotonies non dystrophiques (héréditaires ou congénitales),
  • Syndrome d’Isaac ou neuromyotonie et autres syndromes d’hyperexcitabilité des nerfs périphériques,
  • Syndrome de l’homme raide,
  • Botulisme et certaines neuropathies de toxicité.

 

Ajouter un commentaire