Anatomie

Que veut dire palais buccale?

Le palais mou est une formation musculaire située dans la partie supérieure de la cavité buccale. Il est composé du voile palatin, de la luette et des piliers palatins.

Il a pour fonction d’isoler la cavité buccale du nasopharynx lors de la déglutition, car son riche équipement musculaire le rend particulièrement mobile. Aussi appelé voile palatin, il s’agit d’une membrane musculaire laminée distincte en deux parties:

  • une continuation horizontale et naturelle du palais dur
  • une verticale se terminant par une marge libre

La partie horizontale fait partie de la voûte de la cavité buccale et constitue le tiers postérieur, le passage du palais dur au palais mou n’est pas très délimité, bien qu’il soit noté pour une couleur plus intense (pour une plus grande vascularisation) et pour la présence d’un épithélium plus fin. La partie verticale a une surface concave à l’avant et légèrement à l’envers. La marge libre a une petite proéminence charnue appelée luette au centre, des deux côtés, elle se cambre et se divise en deux plis appelés piliers palatin antérieurs et postérieurs ou palatoglosse et piliers palatopharyngés. Ces piliers délimitent la fosse amygdalienne où se trouve l’amygdale palatine.

Muscles du voile du palais

Il y a cinq muscles pairs.

  • Muscle tenseur du voile palatin: Il provient de la fossette scaphoïde, de la surface devant le trou ovale et de la lame latérale du cartilage tubaire; ses fibres partent de cette origine vers le bas et vers l’avant le long de la lame médiale du processus ptérygoïdien du sphénoïde et se développent ensuite sur l’aponévrose palatine. Sa contraction détermine une extension du palais, importante pour la modulation de la voix.
  • Muscle élévateur du voile palatin: il prend naissance à partir de la face inférieure de la pyramide de la tempête près de l’apex, court sur la paroi latérale du pharynx et atteint le palais ressorts pour se développer sur la surface dorsale de l’aponévrose palatine et entrer en relation avec le muscle controlatéral. Sa contraction soulève le palais mou.
  • Muscle azygos: il provient de la colonne nasale postérieure et s’étend des côtés de la ligne médiane de l’aponévrose palatine et se termine à l’extrémité de la luette. Sa contraction provoque une contraction de la luette.
  • Muscle palatoglosse: provient de la face antérieure de l’aponévrose palatine, coule dans l’épaisseur du pilier palatin antérieur et atteint la racine de la langue où ses fibres accompagnent en partie les fibres musculaires. styloglosse et en partie avec les fibres du muscle transverse. Sa contraction rétrécit l’isthme de la mâchoire.
  • Muscle palatopharyngé: il provient de la surface dorsale de l’aponévrose palatine avec deux faisceaux qui s’écoulent vers la marge postéro-latérale du palais, d’où ils descendent latéralement et derrière l’amygdale palatine et se terminent partiellement sur la marge postérieure du cartilage thyroïdien et en partie de la tunique fibreuse de la paroi latérale du pharynx. La contraction provoque un raccourcissement du pharynx.

Structure du voile du palais

La muqueuse de la face buccale caractérisée par un épithélium de pavage non kératinisé multicouche avec la présence de quelques papilles gustatives et une tunique appropriée riche en glandes, fibres élastiques, avec nombreuses papilles. La couche musculaire du corps du muscle palatoglosse. L’aponévrose palatine est le squelette fibreux du palais mou ancré antérieurement à la marge postérieure de la voûte du palais dur et aux côtés des processus ptérygoïdes du sphénoïde, le dos est perdu dans l’épaisseur des muscles auxquels il agit comme une insertion.

Navires et nerfs du voile du palais

 

La vascularisation est assurée par l’artère palatine descendante (branche du maxillaire interne) et l’artère palatine ascendante (branche de l’artère faciale). L’innervation sensorielle est assurée par les branches du nerf sphénopalatin, le moteur par le nerf trijumeau, le facial et l’accessoire vague à travers le plexus pharyngé.

Anatomie fonctionnelle du palais

Le palais mou a une mobilité riche et complexe grâce à sa composante musculaire, et intervient dans deux processus complexes: la déglutition et la phonation. Au cours de la déglutition, il remplit sa fonction avec deux actions:

  • La formation du bol alimentaire, grâce à la contraction des muscles palatoglossus qui poussent la racine de la langue contre le bord libre du voile palatin créant une barrière contre laquelle le bolus est compacté et
  • Le passage du bolus dans la cavité pharyngée, par l’action des muscles élévateurs du palais et des muscles palais-pharyngiens qui soulèvent le voile palatin et l’appuient contre la paroi postérieure du pharynx, fermant les cavités nasales, empêchant que le bolus peut y monter. En même temps, grâce à d’autres groupes musculaires, le larynx monte et se ferme grâce à l’épiglotte: ainsi le bolus descend dans l’œsophage.

Quant à la phonation, le palais mou intervient en dirigeant le flux d’air dans sortie du larynx ou vers les coanas ou vers la cavité buccale, avec une gamme de mouvements d’abaissement et de levage allant d’un minimum de levage dans l’émission des voyelles A et O et un maximum de levage pour la voyelle I. Pour les consonnes nasales il y a plutôt le maximum de l’abaissement. En cas de paralysie des muscles du voile palatin (par exemple en cas de diphtérie) la voix devient nasale et lors de la déglutition de liquides ces régurgitations ont lieu dans les fosses nasales.

Ajouter un commentaire