Anatomie

Que veut dire Sinusoïdes hépatiques?

Les sinusoïdes hépatiques sont des capillaires sanguins, à paroi mince, à lumière large et irrégulière et à endothélium fenêtré et tortueux, situés dans le foie.

Ils transportent le sang des branches de l’artère hépatique et de la veine porte, situées à la périphérie du lobule hépatique, vers la veine centrolobulaire disposée sur l’axe lobulaire.

Le sang mélangé coule dans les sinusoïdes, c’est-à-dire à la fois artériel de l’artère hépatique et veineux, des branches portales. Ce dernier est riche en métabolites absorbés dans l’intestin. Dans la microcirculation hépatique, un admirable réseau veineux est créé dans lequel les sinusoïdes sont interposées entre un lit veineux d’entrée, le portail, et un lit de sortie veineux, celui des veines hépatiques.

Anatomie microscopique des sinusoïdes hépatiques

Leur paroi est essentiellement constituée de cellules endothéliales aplaties qui font saillie dans la lumière avec la partie cellulaire qui contient le noyau. La paroi sinusoïdale est discontinue en raison de la présence de pores et de fenestrations.

Les pores (d’un diamètre inférieur à 0,2 µm) peuvent apparaître isolés ou, plus rarement, en groupes à disposition tamisée. Les fenestrations, dont la présence et l’amplitude sont encore discutées, pourraient atteindre un diamètre supérieur au micron. Les marges des cellules endothéliales peuvent parfois sembler embryonnaires, en particulier dans les zones où se trouvent les plus grandes ouvertures. Des mitochondries rares, un petit complexe de Golgi et un certain nombre de membranes de réticulum endoplasmique lisses et granulaires se trouvent dans le cytoplasme des cellules endothéliales. La surface endothéliale faisant face à la lumière a également de petites vésicules pinocytaires (caveolae corticales) et quelques microvillosités courtes. La paroi endothéliale apparaît également souvent interrompue par de minces extensions cytoplasmiques de type amiboïde qui font saillie dans la lumière sinusoïdale. Ces extensions peuvent être soit en contact avec des cellules endothéliales, soit situées dans l’espace sous-endothélial ou encore différemment par rapport à la paroi endothéliale.

En plus des cellules endothéliales, il existe deux types de cellules caractéristiques dans la paroi sinusoïdale:

  • Les cellules Kupffer sont des macrophages fixes avec un cytoplasme riche en lysosomes (ayant une position intraluminale, les cellules Kupffer non seulement engloutissent les résidus cellulaires et les macromolécules circulant dans le sang, mais contribuent également à la régulation du flux sanguin dans les capillaires eux-mêmes.)
  • Les cellules Ito ou cellules de stockage des graisses sont des cellules plus petites, de forme triangulaire dans une position sous-endothéliale, avec peu de cytoplasme riche en lipides et la vitamine A. Ils sont impliqués dans le métabolisme de la vitamine A et sont capables de synthétiser le collagène dans des conditions pathologiques.

Fonction des sinusoïdes hépatiques

La fenestrature et la discontinuité empêchent donc le passage des éléments corpusculaires du sang, mais permettent au plasma de s’échapper du lumière vasculaire. Le plasma atteint l’espace existant entre la sinusoïde et l’hépatocyte (espace périsinusoïdal de Disse) dans lequel se projettent les microvillosités de l’hépatocyte. L’hépatocyte peut prélever dans le plasma les substances nécessaires à ses activités et, en attendant, sécréter les substances qu’il traite. Ces caractéristiques, ainsi que la quasi-absence de la membrane basale dans l’endothélium sinusoïdal, garantissent donc la possibilité d’un échange intime et large entre le plasma et les surfaces vasculaires des hépatocytes, qui peuvent ainsi absorber et sécréter des substances directement de et vers le circulation sanguine.

 

Ajouter un commentaire