Anatomie

Que veut dire Système nerveux humain?

Anatomie

Le système nerveux chez l’homme peut être anatomiquement divisé en système nerveux central (SNC) et système nerveux périphérique (SNP). Le SNC est enfermé dans la boîte crânienne pour le cerveau et dans le canal vertébral pour la moelle épinière. Le SNP est plutôt représenté par des structures nerveuses périphériques telles que les ganglions, les fibres nerveuses des nerfs, les récepteurs sensoriels (thermorécepteurs, propriocepteurs, mécanorécepteurs, récepteurs des odeurs, du goût) et des organes sensoriels spécialisés tels que l’œil, la appareil cochléaire et vestibulaire.

Le SNP s’occupe alors de collecter les informations de l’environnement extérieur, puis les traduit en signaux nerveux et les envoie au SNC qui veille à les intégrer et à répondre de manière adéquate. Par le biais du SNP, le SNC envoie alors des commandes de moteur à la périphérie nécessaires pour répondre adéquatement à diverses conditions ou simplement pour un mouvement volontaire. Ensuite, il y a le système nerveux autonome qui gère la gestion involontaire des réponses viscérales, c’est-à-dire la régulation automatique de l’état des organes internes. Le système nerveux autonome se divise en système sympathique et parasympathique. Ces deux systèmes s’opposent très souvent, par exemple, dans l’œil, le sympathique induit une mydriase, c’est-à-dire une dilatation de la pupille, tandis que le myosis parasympathique, c’est-à-dire une restriction de la pupille.

Les composants anatomiques les plus importants du SNC sont: la moelle épinière, le cerveau, le tronc cérébral / médullaire oblongue (formé par le bulbe, le pont, le mésencéphale), l’hypothalamus, le thalamus, le cervelet, les noyaux de la base, l’amygdale, l’hippocampe (anatomie), le cortex cérébral, les ventricules cérébraux.

Différences et analogies entre le SNC et le SNP

La principale différence entre le système nerveux central et le système nerveux périphérique réside dans l’anatomie: la première est formée par le cerveau (cerveau, tronc cérébral et cervelet) et la moelle épinière, la ensuite par des neurones (sensoriels et moteurs) dont les axones s’étendent à l’extérieur du système nerveux central pour atteindre les tissus et les organes. Les deux systèmes ont des cellules gliales « myélinisantes », mais dans le SNC, nous parlerons des oligodendrocytes, dans le SNP de la cellule de Schwann. Les deux systèmes possèdent des grappes de corps cellulaires de neurones, qui dans le SNC sont appelés noyaux et dans le SNP de Gangli (/ ˈɡaŋɡlj /). Une dernière grande différence concerne les groupements d’axones en faisceaux: dans la SNC ils prennent le nom de Tratti, dans le SNP ils prennent le nom de Nervi.

SNC

Le système nerveux central se compose du cerveau, qui comprend le cerveau, le cervelet et la moelle oblongue, à l’intérieur du crâne, et la moelle épinière, contenus dans la colonne vertébrale. Le cerveau et la moelle épinière sont tapissés de trois membranes qui se chevauchent: les méninges, qui produisent un liquide, appelé liquide céphalorachide.

Les trois méninges sont:

Mère pieuse: la plus intérieure, riche en vaisseaux sanguins qui nourrissent les cellules nerveuses.

Arachnoïde: membrane intermédiaire, mince, entre mère pieuse et arachnoïde, le liquide céphalorachide est formé.

Dura mère: le plus externe, épais et fibreux, recouvre le crâne et le canal vertébral.

Physiologie

Le système nerveux humain fait référence à l’unité morpho-fonctionnelle caractérisée par un tissu hautement spécialisé dans le traitement des signaux bioélectriques.

Le système nerveux est le contrôle central et le commandement de tout l’organisme car, en coordonnant tous les autres systèmes, il maintient l’homéostasie permettant la vie.

Notes sur le développement du système nerveux

Vers le seizième jour suivant la conception, la plaque neurale est formée par la différenciation de cellules de nature ectodermique qui, en augmentant leur épaisseur, deviennent des cellules neuro-ectodermiques; ce processus de différenciation se produit sous l’action inductive de la notocorde, qui s’exprime dans l’action des antagonistes des BMP (chordin, noggin, follistatin).

Au fil des jours, sur le plan médian, au niveau de la plaque neurale, un sulcus (neural sulcus) apparaît délimité latéralement par les plis neuraux; les plis ont tendance à s’élever, provoquant indirectement l’approfondissement du sillon neural qui dans cette phase sera appelé la douche neurale.

Vers le vingt et unième jour, les plis qui délimitent la douche neurale se confondent sur le plan médian; par conséquent, la fermeture de la douche neurale est obtenue, ce qui donne naissance au tube neural. Les jours suivants, la partie crânienne ou antérieure du tube neural subit des modifications qui impliquent la formation de trois vésicules: le prosencéphale (cerveau antérieur), le mésencéphale (cerveau moyen) et le rhombencéphale (cerveau postérieur). Au trente-sixième jour, le prosencéphale est divisé en deux parties:

  • télencéphale (antérieur) qui, en se dilatant, donnera naissance aux hémisphères cérébraux.
  • diencéphale (en arrière) d’où dériveront le thalamus, l’hypothalamus, la neurohypophyse et la rétine.

A partir du rhombencéphale, huit rhombomères sont formés par un processus de segmentation, qui donnera naissance au métencéphale (dont dériveront le pont et le cervelet) et au myélencéphale (dont dérive le bulbe ou la moelle oblongue).

Pendant la vie intra-utérine, environ 200 000 neurones sont formés par minute. Au contraire, au moment de la naissance, la duplication neuronale s’arrête (sauf pour les neurones olfactifs présents au niveau de la zone olfactive, placés caudalement à la lame cribrale de l’os ethmoïde).

 

Ajouter un commentaire