Anatomie

Que veut dire Vaisseau sanguin?

Les vaisseaux sanguins ou vaisseaux sanguins sont définis comme les canaux sanguins du système circulatoire utilisés pour le transport du sang à travers le corps. Les types les plus importants sont les artères, les veines et les capillaires qui transportent le sang du cœur vers le reste du corps et vice versa respectivement.

Les vaisseaux sanguins ont la même structure de base. La paroi interne est appelée endothélium et est entourée d’un tissu conjonctif sous-endothélial. Autour de cela, il y a une couche de muscle vasculaire lisse, qui est particulièrement développée dans les artères. Enfin, il existe une couche de tissu conjonctif supplémentaire appelée adventice, qui contient les nerfs qui desservent la couche musculaire et les capillaires pour le transport des nutriments dans les plus gros vaisseaux.

Les capillaires sont constitués d’un peu plus d’une couche d’endothélium et parfois de tissu conjonctif. Lorsque les vaisseaux sanguins se rejoignent pour former une région particulièrement vascularisée, une anastomose est trouvée. Il permet au sang de trouver d’autres voies de circulation en cas d’ischémie. D’un bout à l’autre, les vaisseaux sanguins traversent le corps humain sur environ 100 000 kilomètres, 2,5 fois le tour de la Terre.

Structure

Les vaisseaux sanguins présentent une grande variabilité de structure en raison de leurs différentes fonctions et positions. Cependant, il est possible de décrire généralement la structure de la paroi d’un vaisseau sanguin en distinguant trois couches (appelées soutanes) de l’intérieur vers l’extérieur: la soutane intime, la soutane moyenne et la soutane adventice.

Tunique intime

La ​​tunique intime, au cœur et dans les vaisseaux, correspond à la tunique muqueuse avec laquelle ils partagent l’épithélium de revêtement et la lamina propria, appelés respectivement endothélium et couche sous-endothéliale. Au cœur, la tunique intime prend le nom d’endocarde. Dans les vaisseaux, l’endothélium est capable d’absorber la matière des fluides et de permettre le passage des cellules de la lumière aux tissus (par exemple, l’extravasation des leucocytes), tandis que la couche sous-endothéliale peut représenter un dépôt de matières absorbées.

Tunique moyenne

La ​​tunique moyenne est l’équivalent de la tunique musculaire dans les vaisseaux et dans le cœur. La prévalence du type de tissu dépend de la structure dans laquelle il se trouve:

  • la prévalence des fibres musculaires, comme dans le cœur, permet la progression du sang grâce à la contraction des fibres elles-mêmes;
  • la prévalence des fibres élastiques, comme dans le grandes artères, exploite le retour élastique au diamètre d’origine après l’arrivée de l’onde systolique;
  • la prévalence fibreuse, comme dans les veines, utilise largement la force de gravité pour la progression du sang ou exploite la contraction extrinsèque opérée par les muscles tunique adventice.La ​​tunique adventice est formée par un tissu conjonctif dense et forme l’enroulement externe du vaisseau sur lequel les moyens de fixation attaquent directement. En étant à l’extérieur, il établit la relation entre le vase et l’environnement. Il peut contenir des fibres élastiques ou musculaires et est le siège de la vasa vasorum, les vaisseaux qui irriguent les vaisseaux eux-mêmes.

    Typologie

    Il existe différents types de vaisseaux sanguins:

    • Artères
      • Aorte (l’artère principale, transporte le sang du cœur)
      • Branches de l’aorte, telles que l’artère carotide, l’artère sous-clavière, le tronc cœliaque, les artères mésentériques, l’artère rénale et l’artère iliaque.
    • Artériole
    • Capillaires (les plus petits vaisseaux sanguins)
    • Vénule
    • Veines [19659018] Grands vaisseaux collecteurs, tels que la veine sous-clavière, la veine jugulaire, la veine rénale et la veine iliaque.
    • Veine cave supérieure et veine cave inférieure (les 2 veines principales apportent le sang au cœur)

Elles peuvent être grossièrement regroupés en vaisseaux artériels et veineux, selon qu’ils transportent le sang vers ou depuis le cœur. Le terme « sang artériel » est couramment utilisé pour désigner du sang avec une concentration élevée en oxygène, malgré le fait que l’artère pulmonaire transporte du « sang veineux », alors que ce qui coule dans la veine pulmonaire est riche en oxygène.

Physiologie

Les vaisseaux sanguins n’interviennent pas activement dans le transport du sang (ils n’ont pas de péristaltisme appréciable), mais les artères – et les veines d’une certaine manière – peuvent réguler leur diamètre interne par la contraction de la couche musculaire. Cela modifie l’apport sanguin aux organes et est déterminé par le système nerveux autonome. La vasoconstriction et la vasodilatation sont également utilisées de manière antagoniste comme méthodes de thermorégulation.

L’oxygène (lié à l’hémoglobine dans les globules rouges) est la substance la plus importante transportée par le sang. Dans toutes les artères sauf l’artère pulmonaire, l’hémoglobine est fortement saturée en oxygène (95-100%), tandis que dans toutes les veines sauf la veine pulmonaire elle est désaturée à environ 70%: ces valeurs sont inversées dans la circulation pulmonaire.

La pression artérielle dans les vaisseaux sanguins est traditionnellement exprimée en millimètres de mercure (1 mmHg = 133 Pa). Dans les artères, elle se situe autour de 120 mmHg systolique (pression maximale due à la contraction du cœur) et 80 mmHg diastolique (pression minimale). En revanche, la pression dans le système veineux est constante et dépasse rarement 10 mmHg.

La vasoconstriction est la constriction des vaisseaux sanguins, qui deviennent plus petits dans la section transversale, grâce à la contraction du muscle vasculaire lisse situé dans les parois du vaisseau. Il est régulé par des vasoconstricteurs (agents qui provoquent une vasoconstriction). Ils comprennent des facteurs paracrines tels que les prostaglandines, une quantité d’hormones telles que la vasopressine et l’angiotensine et des neurotransmetteurs tels que l’adrénaline.

La vasodilatation est un processus similaire induit par des médiateurs antagonistes, dont le plus important est l’oxyde d’azote (appelé pour cette raison un facteur dérivé de relaxation de l’endothélium).

La perméabilité de l’endothélium augmente lors de la libération de nutriments dans les tissus. Il augmente également pendant l’inflammation en réponse aux histamines, aux prostaglandines et aux interleukines, qui provoquent les plus grands symptômes d’inflammation (gonflement, rougeur et chaleur).

Rôle dans les pathologies

Les vaisseaux sanguins jouent un rôle important dans pratiquement toutes les conditions cliniques. Le cancer, par exemple, ne pourrait pas se développer sans que la tumeur ne provoque une soi-disant angiogenèse pour vider les cellules malignes. L’athérosclérose, la formation de grumeaux lipidiques dans les parois du vaisseau, est la principale cause de pathologies du système cardiovasculaire, la principale cause de décès dans le monde occidental.

Les dommages, dus à des traumatismes ou spontanés, provoquent des saignements. Au contraire, l’occlusion d’un vaisseau sanguin provoquée par une plaque athérosclérotique, par un caillot sanguin embolisé ou par un corps étranger) provoque une ischémie (apport sanguin insuffisant) et une nécrose (mort du tissu).

La vascularite est une inflammation de la paroi des vaisseaux sanguins, due à une maladie ou une infection auto-immune.

Des études récentes ont montré que le chocolat noir est capable d’améliorer le fonctionnement des vaisseaux sanguins.

Reconstruction des vaisseaux sanguins

Selon une étude menée par un groupe de chercheurs de la Harvard Medical School et du Boston Children’s Hospital, des cellules progénitrices endothéliales ont été identifiées dans le sang adulte. Les vaisseaux sanguins sont constitués de cellules endothéliales, qui sont à leur tour recouvertes de cellules appelées cellules mésenchymateuses.

L’étude a isolé des cellules adultes dans le sang qui peuvent se spécialiser dans un seul type cellulaire, celui qui forme les vaisseaux sanguins. Reproduits in vitro, ils peuvent ensuite être transplantés.

Ils jouent un rôle similaire et constituent donc une alternative aux cellules souches embryonnaires mais, contrairement à ces dernières, ils ne sont spécialisés que dans un seul type de cellule. En revanche, par rapport aux cellules souches embryonnaires, leur temps de formation des tissus est beaucoup plus court.

Chez la souris, il a été démontré qu’ils se connectaient en 7 jours aux vaisseaux sanguins et fournissaient un apport correct en nutriments, l’échange de gaz et l’élimination des déchets.

L’objectif pour l’avenir est de prélever ces cellules dans le sang adulte, de les stocker pour une autogreffe ultérieure, et surtout d’accélérer l’intégration avec les tissus humains en 48 heures, afin d’utiliser le en cas d’hémorragie et d’ischémie, et pour toutes les pathologies pouvant nécessiter une vascularisation, c’est-à-dire la réparation des vaisseaux sanguins, des veines ou des artères. Un délai de 7 jours est trop long pour pouvoir utiliser ces cellules contre les maladies humaines.

L’étude a vérifié que le meilleur support pour la croissance des vaisseaux sanguins était obtenu à partir d’un mélange de progéniteurs endothéliaux et de cellules progénitrices mésenchymateuses, tous deux dérivés en partie du sang adulte et en partie de la moelle osseuse ou du cordon ombilical. Les cellules mésenchymateuses sont celles qui entourent les endothéliales dans les vaisseaux sanguins, ce qui leur confère une stabilité.

 

Ajouter un commentaire